Quel revenu pour investissement locatif ?

Pour tout investissement, il vous faut un minimum de revenu. Ce montant peut varier selon votre situation géographique, surtout dans le cas d’un investissement locatif. Dans cet article, on vous donne quelques pistes pour estimer le revenu minimum pour un investissement locatif.

Le revenu idéal pour un investissement locatif

Les prix des biens immobiliers sont en perpétuelle augmentation. La hausse est beaucoup plus importante dans les grandes villes. Il devient quasiment impossible d’investir dans ces villes si l’on n’a pas un très bon salaire. Par contre, l’investissement est beaucoup plus facile dans certaines régions voisines. Le revenu minimum pour un investissement locatif peut donc varier selon la ville.

A découvrir également : Où s’adresser pour investir dans un EHPAD ?

Cependant, on estime qu’il faut en moyenne un salaire de 2 100 € brut pour un tel investissement. C’est un montant largement suffisant pour investir au Havre ou à Perpignan. Par contre, si vous optez pour de grandes villes comme Paris, il faut avoir un revenu moyen de 4 000 €. À Lyon ou à Bordeaux, un revenu d’environ 3 000 € est suffisant. Ces estimations ont été faites en tenant compte des conditions les plus favorables, ou plutôt les plus acceptables par une banque. La durée du prêt est estimée à une vingtaine d’années, l’apport personnel est de 15 %, les frais de notaire sont d’environ 10 %, le taux d’endettement est de 33 %, et le taux d’intérêt à environ 2 %. Il faut noter qu’outre le revenu, plusieurs paramètres viendront compliqués ou faciliter votre investissement dans le locatif.

Faire des économies grâce à la défiscalisation immobilière

Si vous avez de faibles revenus, la défiscalisation pourrait vous permettre de faire plus d’économie. Toute chose que les banques apprécieront certainement. Vous pourriez par exemple opter pour la loi Pinel, le moyen le plus connu pour défiscaliser en investissement locatif. La réduction d’impôt dépend de la durée de mise en location du bien. Pour une location de 12 ans, vous obtenez 21 % de réduction sur vos impositions.

A lire également : Quel impact une législation de plafonnement des loyers a t-elle sur la rentabilité d'un investissement immobilier ?

Il existe également la loi Censi-Bouvard, mais elle est réservée pour les investisseurs dans le secteur des résidences de services. Ici, la déduction d’impôt est estimée à seulement 11 %. Pour en profiter, le bien acheté doit avoir une valeur inférieure ou égale à 300 000 €. Si aucun de ces dispositifs ne vous convient, vous pouvez opter pour la loi Malraux. Elle a été mise en place pour favoriser la rénovation des anciens logements, plus précisément des « monuments historiques ». Grâce à ce dispositif, vous avez la possibilité de récupérer une bonne partie des frais alloués à la rénovation. Mais, le montant remboursable est plafonné à 100 000 €. Ceux qui bénéficient de ce dispositif doivent s’engager à mettre le bien en location pour au moins 9 ans.