Quel impact une législation de plafonnement des loyers a t-elle sur la rentabilité d’un investissement immobilier ?

Généralement, dans le secteur de l’immobilier, le propriétaire fixe le loyer en fonction des intérêts qu’il prévoit tirer de son bien. À ce titre, la question de l’impact d’une législation de plafonnement des loyers sur la rentabilité d’un investissement immobilier se pose. Quelle appréciation faire ? Pour plus d’explications, lisez ce qui suit.

Impact d’une législation de plafonnement des loyers : impact négatif

La rentabilité d’un logement locatif s’apprécie grâce aux revenus locatifs. C’est un point commun à tous les investisseurs immobiliers existants. De ce fait, une législation de plafonnement des loyers se présente très mal pour ces derniers. En effet, ce dispositif de plafonnement des loyers est un protocole expérimental qui vise à plafonner le loyer selon des critères précis et les régions.

A découvrir également : Comment ça marche une SCPI ?

Ainsi, cela se représente un désavantage pour plusieurs investisseurs. La raison est que plusieurs loyers préalablement fixés seront réduits. Mieux, les investisseurs sont obligés de réaliser un renouvellement de bail le temps de changer de locataire. De la même manière, plusieurs potentiels investisseurs sont inquiets de ce qui pourrait se passer une fois leur projet immobilier lancé.

Impact d’une législation de plafonnement des loyers : impact positif

rentabilité d’un investissement immobilier 

A voir aussi : Quel revenu pour investissement locatif ?

Dans un autre contexte, constatez que l’impact d’une législation de plafonnement des loyers sur la rentabilité d’un investissement immobilier reste positif. En réalité, le rendement immobilier est soutenu et reste élevé. Par exemple, lorsque le loyer de base est supérieur de 20 % au loyer moyen, le locataire peut demander un réajustement.

Cependant, si le montant du loyer est inférieur à 30 % de la moyenne, le propriétaire jouit d’une revalorisation de son loyer. Ainsi, plusieurs investisseurs immobiliers ont des revenus locatifs qui s’accroissent. Mieux, cette légalisation a prévu une politique de complément de loyer qui avantage l’investisseur immobilier.

Ce complément est possible lorsque le propriétaire ajoute certains services (parking, jacuzzi, etc.) au logement. Aussi, il s’observe un ajustement rentable des prix des loyers. Dans ces conditions, ce plafonnement ne dérangera pas ces investisseurs qui ont fait une bonne étude du terrain et qui ont fixé des prix raisonnables.

Critères de plafonnement des loyers : quels sont-ils ?

Les principaux critères de plafonnement du loyer portent sur les régions et les types de loyers. D’abord, la commission vérifie s’il s’agit d’une zone tendue ou non. De plus, elle fixe un loyer médian.

Dans le cas d’une zone tendue, l’encadrement du loyer est fait en fonction des relocations ou de baux renouvelés. Il faut dire que pour cela, les locations doivent être réalisées entre août 2022 et juillet 2023 pour faire objet d’un plafonnement de loyer. S’il s’agit d’une première location, le propriétaire peut fixer son loyer. Outre cela, les règles de loyers minorés ou majorés s’appliquent aux villes non tendues.

Cela dit, certains investissements immobiliers ne sont pas concernés par le plafonnement des loyers. Il s’agit surtout des logements sociaux, des locations pour tourisme et les logements conventionnés par l’Anah.