Comment amortir une voiture de société ?

La bonne marche d’une société repose sur la bonne gestion des biens locatifs de cette dernière. La voiture étant un bien locatif, l’amortir permet à la société de récupérer chaque année un pourcentage sur son utilisation avant dégradation complète. Comment amortir une voiture de société ? Découvrez ici l’essentiel sur l’amortissement d’une voiture de société.

Règle générale

En entreprise, plusieurs éléments sont assujettis à l’amortissement ; notamment les biens locatifs mobilisés et immobilisés. Ainsi, un pourcentage de la valeur d’acquisition de chaque bien est prélevé et mis de côté chaque année sur une période cinq ans. Le véhicule étant un locatif immobilisé, il est amorti afin de prévenir sa dégradation sur cinq d’utilisation. Deux méthodes permettent de calculer l’amortissement d’une voiture de société.

A voir aussi : Porte de garage enroulable : les critères à ne pas négliger

Première méthode : l’amortissement linéaire

Elle consiste en la division de la valeur d’acquisition du véhicule par le nombre d’années d’utilisation ; soit cinq ans dans le cas d’espèce. Il s’agit de la méthode la plus facile pour amortie une voiture de société. L’amortissement linéaire se base sur le recouvrement d’un montant fixe chaque année sur cinq ans.

Exemple : la société prend un véhicule à 20 000 €. Chaque année, elle pourra déduire un montant de 20 000/5 = 4 000 € pour amortir le véhicule.

Lire également : Quelle orientation pour un appartement ?

Lorsque la société cède ce bien avant la fin de son amortissement, une plus-value est calculée à base de la valeur nette comptable. Elle consiste en la soustraction de la valeur d’acquisition et des amortissements déduits. Pour une voiture acquit et inscrite à l’actif à 20 000 €, amortie de 6 000 € et cédée à 17 000 €, le montant de la plus-value sera : 17 000 – (20 000 – 6 000) = 3 000 €.

Deuxième méthode : l’amortissement dégressif

Cette méthode semble plus compliquer, car elle se base sur un prélèvement qui change d’une année à une autre. Au début de son utilisation, une grande partie du montant inscrit à l’actif est déduite à partir d’un coefficient. Le reste de l’amortissement est déduit dans la suite des années. L’amortissement dégressif permet d’amortie le plus vite possible les biens locatifs comme une voiture de société. Il s’applique seulement aux voitures utilitaires. Il ne prend donc pas en compte les véhicules de tourisme.

Exemple d’amortissement dégressif

Année Base d’amortissement Taux dégressif Taux linéaire Amortissement Valeur nette
2018 20 000 35 % 20 % 7 000 13 000
2019 13 000 35 % 25 % 4 500 8 450
2020 8 450 35 % 33 % 2 957,5 5 492,5
2021 5 492,5 35 % 50 % 2 746,24 2 746,24
2022 2 746,24 35 % 100 % 2 746,24 0

Le plafond pour amortir un véhicule

Bien qu’étant des locatifs immobilisés, tous les véhicules ne sont pas amortis au même taux. Il existe une limite qui s’applique seulement aux véhicules particuliers. Une différenciation permet de calculer l’amortissement selon que le véhicule est polluant ou ordinaire.

Le plafond d’amortissement pour une voiture ordinaire

Pour les véhicules ordinaires, un plafond de 18 300 € est le montant de base servant à l’amortissement. Si le montant inscrit à l’actif dépasse 18 300 € la partie restante est réintégrée dans le résultat de l’amortissement imposable pour le majorer.

Exemple : la société acquiert une voiture de tourisme à 35 000 €. Ainsi, son amortissement est de 35 000/5 = 7 000 €. L’annuité a déduit est de 18 300/5 = 3 660 €. Dans ce cas, une réintégration dans le résultat comptable se fera. Soit 7 000 – 3 660 = 3 340 €.

Dans le cas d’une décomposition, le plafond d’amortissement s’applique à la structure et aux composants en dégradation identifiés. Les pièces remplacées ne sont pas concernées par cette limitation.

Le plafond d’amortissement pour un véhicule polluant

Pour les véhicules polluants, le plafond d’amortissement est de 9 900 €. Cette limitation prend en compte toutes les automobiles qui émettent 200 g de dioxyde carbone à chaque kilomètre. Ainsi, pour un véhicule acquit à 20 000 €, l’amortissement sera 20 000/5 = 4 000 €. L’annuité déductible sera donc 9 900/5 = 1 980 €. La réintégration dans le résultat comptable sera alors : 4 000 – 1 980 = 2 020 €.

Les principes comptables ne sont pas toujours accessibles à tout le monde. Dans le cas d’un mal compréhension ou du non maîtrise de la comptabilité, il est mieux de faire appel à un expert-comptable. Il saura vous aider et vous accompagner dans vos opérations comptables.