Location vide ou location meublée : quelles sont les différences à connaître ?

En matière d’immobilier locatif, deux options s’offrent aux propriétaires et aux locataires : la location vide et la location meublée. Chacune de ces alternatives présente des spécificités et des avantages distincts qu’il faut maîtriser avant de se lancer dans un investissement locatif ou de signer un bail. Les aspects juridiques, fiscaux et pratiques varient selon le choix effectué, influençant ainsi les obligations respectives des parties prenantes. Il est crucial d’explorer les différences entre ces deux formules pour prendre une décision éclairée et optimiser son expérience locative.

Location meublée ou vide : quelles différences

La location vide est définie comme un logement inhabité qui ne contient aucun meuble ni équipement, à l’exception des éléments de première nécessité tels que l’évier ou les toilettes. La location meublée consiste en une habitation fournie avec du mobilier et des objets usuels pour vivre confortablement au quotidien. En d’autres termes, elle doit comprendre au moins un lit, une table et des chaises ainsi qu’un éclairage suffisant.

A lire également : Les étapes essentielles pour une visite de logement à louer réussie

Les obligations du propriétaire varient selon le type de contrat choisi. Dans le cas d’une location vide, il est responsable de fournir aux locataires un bien en bon état (conforme aux normes légales), sans défauts majeurs pouvant entraver son occupation régulière. Le loyer doit être fixé librement entre les deux parties prenantes selon les prix pratiqués dans la région.

En revanche, si le choix se porte sur une location meublée, les engagements du propriétaire sont plus stricts puisqu’il doit obligatoirement assurer l’aménagement complet et qualitatif de tout ce qui compose la maison ou l’appartement loué. Ses tarifs sont plafonnés par la loi pour éviter tout abus.

Lire également : Négocier son loyer : conseils pour réussir la négociation

Côté avantages et inconvénients pour le locataire, plusieurs aspects doivent être pris en compte lors d’un choix entre ces deux options immobilières.

Dans le cadre d’une location vide,
• Le montant mensuel à verser peut être moins cher qu’en version meublée ;
• le bail a souvent une durée minimum de 3 ans ;
• les charges peuvent être moindres mais il faudra parfois passer par quelques aménagements adaptatifs au logement.

Dans le cas d’une location meublée, le locataire est libre de s’installer rapidement sans avoir à investir dans des biens mobiliers ;
• les baux sont plus courts ;
• le loyer peut être plus onéreux et les charges incluses.

Pour ce qui en est du propriétaire, la location vide lui permet de ne pas se soucier de l’ameublement ou de l’équipement, ni d’avoir à suivre un cadre règlementaire très strict. Le paiement régulier et durable étant établi selon un bail plutôt long (3 ans).

En revanche, une location meublée offre une garantie réelle sur les conditions d’habitabilité pour le locataire avec un entretien régulier dont il devra se charger ; ainsi qu’un revenu supplémentaire intéressant lié aux prestations fournies par son bien immobilier aménagé.

location meublée

Propriétaire : ce que vous devez savoir selon le type de location

Dans les deux cas de figure, le propriétaire a certaines obligations légales à respecter. Effectivement, il doit remettre un logement en bon état d’habitabilité et effectuer les travaux nécessaires à l’entretien du bien loué. Il faut effectuer toutes les réparations sauf celles résultant d’un usage normal.

Le propriétaire se doit aussi de mettre à disposition tous les documents relatifs au diagnostic immobilier (DPE). Ce document regroupe plusieurs informations sur la consommation énergétique du bien ainsi que sur son niveau d’émission de gaz à effet de serre. Dans certains cas spécifiques, comme celui où une installation électrique datant de plus de 15 ans n’a jamais été modifiée depuis son installation initiale, ce document peut être complété par un rapport réalisé par un expert certifié.

Nous pouvons ajouter qu’il existe quelques différences fiscales entre ces deux types de locations :
• Pour une location vide : chaque année, si votre loyer dépasse 15 000 € annuels, vous devez remplir une déclaration Poi/Bailleur.
• Pour une location meublée : selon vos recettes locatives, cette activité sera considérée comme BIC (Bénéfices Industriels Commerciaux) ou bénéfices non commerciaux.

Toutefois, avant de se lancer dans une location vide ou meublée, il faut bien comprendre les enjeux et les risques liés à chaque type de contrat. Il est donc recommandé de prendre le temps nécessaire pour se renseigner auprès des professionnels du secteur immobilier (notaires, agents immobiliers) afin d’obtenir toutes les informations nécessaires avant de signer un bail.

Louer vide ou meublé : atouts et limites pour le locataire

Côté locataire, il faut bien comprendre les différences entre la location meublée et la location vide. En optant pour une location meublée, le locataire n’a pas besoin d’acheter des meubles et des électroménagers qui sont déjà fournis dans le logement. Cela peut être pratique si vous êtes étudiant ou si vous n’avez pas encore acquis vos propres équipements.

Le coût initial de la location sera donc plus élevé que celui d’une location vide. Toutefois, les avantages ne s’arrêtent pas là : en tant que locataire vivant dans une propriété louée meublée, vous pouvez aussi bénéficier de certains avantages fiscaux, tels qu’une réduction d’impôts sur votre revenu imposable.

D’autre part, si vous souhaitez opter pour une location classique (vide), cette option offre plus de liberté quant à l’aménagement intérieur du bien immobilier. Le locataire a ainsi la possibilité de décorer et d’aménager son logement selon ses goûts personnels, sans aucune restriction préalable liée au contrat de bail.

La plupart des contrats de locations non meublées offrent généralement un loyer mensuel moins cher qu’une location meublée pour un même type d’emplacement similaire. Les charges annuelles seront aussi nettement moins considérables car elles sont supportées entièrement par le seul occupant des lieux, tandis que certaines charges incombent aux propriétaires, notamment celles relatives à l’électricité des parties communes ou les frais liés à la gestion courante du bâtiment.

Dans les deux cas, il faut bien lire et comprendre tous les termes du bail avant de signer. Quel que soit le type d’emplacement choisi parmi ces deux options, assurez-vous que cela correspond à vos besoins personnels ainsi qu’à votre budget. Sachez que la durée minimale de location pour une propriété non meublée est généralement plus longue (3 ans) comparativement aux locations meublées qui sont rarement conclues sur des périodes supérieures à un an.

Chacune des options présente des avantages et inconvénients propres et la décision entre l’une ou l’autre dépendra donc de plusieurs critères, notamment ceux relatifs au statut social-familial du locataire.

Location meublée ou vide : les gains et les risques pour le propriétaire

Côté propriétaire, les avantages et inconvénients sont aussi nombreux pour chaque type de location. En choisissant la location meublée, le propriétaire peut compter sur une plus grande flexibilité quant à la fixation du loyer mensuel. Effectivement, ce dernier peut être supérieur à celui pratiqué dans une location vide car il prend en compte l’ensemble des équipements fournis par le bailleur.

Le propriétaire a aussi moins de charges liées aux réparations ou remplacements des meubles qui restent sous sa responsabilité, bien que cela puisse être contrebalancé par un coût initial plus élevé pour l’achat de ces éléments mobiliers.

Autre avantage : la durée minimale pour conclure un contrat est généralement inférieure pour les locations meublées (1 an) qu’elle ne l’est dans le cas des locations non-meublées qui peuvent courir jusqu’à 3 ans.

En revanche, lorsque vous optez pour une location vide, vous avez l’avantage d’une simplification administrative nettement plus importante comparativement au cas où votre logement serait loué avec du mobilier. Les contraintes légales relatives aux biens immobiliers classiques sont souvent moindres que lorsqu’il s’agit d’un appartement entièrement équipé.

Mais attention ! Lorsque vous choisissez cette option locative « vide », votre clientèle sera limitée essentiellement aux personnes ayant déjà acquis leurs propres biens mobiliers et électroménagers, ainsi que celles disposant de peu de ressources financières. Comme le locataire devra équiper son logement selon ses besoins personnels, il peut y avoir des frais supplémentaires pour l’aménagement du lieu.

En tout état de cause, en tant que propriétaire bailleur, il est primordial d’être bien informé avant de prendre une décision quant au type de location à proposer aux futurs locataires. Il existe aussi divers types d’assurances qui couvrent les risques liés aux locations meublées et non-meublées qu’il faut examiner avec attention.